Destination Cappadoce...

Visitez aussi : Destination Turquie

et

L'Hôtel troglodytique Kayadam !

 

 

La Cappadoce

Ürgüp

Visiter la Cappadoce

Presse Reportages Hôtels de charme E-mail
       

 

LA CAPPADOCE

Paysage aux formes lunaires né des projections des volcans Erciyes, Hasan et Melendiz, la Cappadoce offre un relief spectaculaire dû à une intense érosion hydrique et éolienne. Le sol, lézardé ou désagrégé, tantôt s'enfonce en vallées creusées par de petites rivières, tantôt s'élève en surprenantes colonnes de roche. Les couleurs changeantes au gré de la luminosité confèrent à la région un aspect des plus irréls...

Histoire de la Cappadoce

La préhistoire

Aux temps préhistoriques, la Cappadoce était habitée par des peuples autochtones organisés en petits Etats plus ou moins indépendants. Plus tard, plusieurs d'entre eux - par exemple Kanesh, aujourd'hui Kültepe, non loin de Kayseri - devinrent d'importants centres de négoce où les commerçants assyriens troquaient des textiles et du plomb avec les tonneliers d'Anatolie.

Après les Hittites

Après la chute de l'Empire Hittite vers 1200 av. J.C., commença l'âge sombre de l'Anatolie. Au Sud-Est le royaume néo-hittite, à l'Ouest la Lydie et au centre de la péninsule la Phrygie furent parmi les principaux royaumes qui contrôlèrent de plus ou moins grandes parties de la région jusqu'au VIe siècle av. J.C.

A partir du VIe siècle av. J.C.

C'est à partir de cette époque qu'on entend parler de la Cappadoce, quand elle est occupée par les Lydiens. Au milieu du VIe siècle, Crésus, le roi de Lydie, traversa le Halys - aujourd'hui Kizilirmak - pour empêcher l'expansion perse mais il fut vaincu. Après la bataille, la Cappadoce fut intégrée au royaume du Grand Cyrus.

Après l'arrivée d'Alexandre

Après l'arrivée d'Alexandre le Grand en 333 av. J.C. et jusqu'à ce qu'elle devienne une province romaine en 17 ap. J.C., la Cappadoce bénéficia d'un relatif degré de liberté et elle fut administrée par des dynasties locales. Ni les Romains ni leurs successeurs byzantins ne trouvèrent d'intérêt à assimiler cette région à leur propre culture. Leur souci était de contôler les routes, de garder ouverts les axes commerciaux et de faire exploiter la main-d'oeuvre de ce vaste plateau par l'armée byzantine. A cette période, coton, tissus, melons, citrons, sésame, figues... ont dû arriver de l'Est par les routes d'Anatolie. Les classes dominantes et les occupants vivaient dans des endroits facilement accessibles où des villes avaient été établies : Zoropassos (Gülsehir), Soandos (Soganli), Peristrema (Belisirma), Korama (Göreme), Soandos (Nevsehir)...

La population locale a toujours préféré vivre dans la Cappadoce rocheuse. Elle a établi ses habitations dans les collines, dans les vallées érodées ou sur les bords de ravins profonds. Certains ont préféré utiliser la pierre, d'autres creuser leur maison dans la roche. La seconde méthode a toujours été plus répandue que la construction.

Géographie de la Cappadoce

Le relief de Cappadoce est principalement caractérisé par quatre types de paysages : des plaines de résidus volcaniques, des surfaces tabulaires, des gorges et des cheminées de fée.

Action thermostatique et hydrique

Sous l'effet des variations thermiques, la couverture de tuf se craquèle puis se morcèle, permettant aux eaux de ruissellement de s'infiltrer. Là où les tufs sont très tendres, ils sont totalement détruits, constituant les plaines de poussière volcanique. La croûte, minée par cette érosion, s'effondre et se désagrège peu à peu. Là où les tufs sont de très tendres à relativement tendres, les eaux n'entraînent que les premiers. Ils constituent des aires de plaines. Les seconds se retrouvent isolés, formant des sortes de buttes témoins, autrement nommés mesas, soit ces montagnes tabulaires si fréquentes en Cappadoce. Là où les tufs sont relativement tendres et les pentes fortes, les eaux ravinent le terrain et forment des gorges évoquant des canyons. Là où les tufs sont relativement tendres et les pentes faibles, les eaux ne font qu'éroder la terre. Elles s'insinuent et détachent peu à peu des formes polygonales surmontées d'un chapeau, élément de la couverture basaltique morcelée, les protégeant d'une partie des agents érosifs. L'ensemble constitue l'amorce des cheminées de fée.

Action hydrique et éolienne

Erodés sur leurs flancs par les ruissellements et les vents, ces polygones s'amincissent et restent coiffés de leurs chapeau. Naissent alors les cheminées de fée. Sous l'action des eaux et du vent, celles-ci finissent par s'effondrer, soit qu'à la suite d'une trop grande érosion, la coiffe s'écroule, soit que les eaux s'attaquant au soubassement de la cheminée, le polygone tout entier perde l'équilibre. Les deux processus de désintégration contribuent à la création des plaines de déchets ou de poussières volcaniques et, correctement irrigué, le sol peut être fertile.

Température en Cappadoce

Click for Kayseri, Turkey Forecast